Oeuvre à la loupe: Impression, Soleil Levant

10 juin 2020

Un des premiers musées à rouvrir après le confinement c’est le Musée Marmottan Monet, à l’occasion d’une visite au musée, où se trouve la plus grande collection au monde d’œuvres de Claude Monet, je me suis retrouvée nez à nez avec son chef-d’œuvre : Impression, soleil levant

Claude Monet dans son atelier à Giverny

 

Peint en 1872-73, le tableau est sans doute un des tableaux le plus connus de Claude Monet, mais aussi de l’Histoire de l’Art puisqu’il donna son nom au mouvement Impressionniste.

Si cette œuvre fait date dans l’histoire de la peinture, elle n’a pourtant demandé à Claude Monet que quelques heures de travail et demeure aujourd’hui une œuvre fondatrice pour la carrière de ce peintre exceptionnel, l’un des chefs de file du mouvement impressionniste. Né en 1840, Claude Monet est à l’origine, avec ses amis Sisley, Pissarro, Renoir et bien d’autres, de la naissance de ce courant anti-académique au milieu des années 1870. Le choix des thèmes, la touche visible, l’expression du mouvement, autant de caractéristiques qui choquent les critiques de l’époque. Pourtant l’Impressionnisme, et son plus illustre représentant Monet, passeront bien à la postérité,et influenceront toute une génération de nouveaux artistes.

Impression, soleil levant, Claude MONET (1840-1926). 1872, huile sur toile, 50 × 65 cm. Paris, Musée Marmottan Monet, don Victorine et Eugène Donop de Mouchy, 1940. © Bridgeman Images

Mais revenons-en à ce tableau, que Claude Monet avait initialement nommé : Vue du Havre. Il choisit de l’exposer en avril 1874, pour la première exposition de la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs. Un groupe de trente artistes qui pour la plupart ne partagent pas les conceptions conventionnelles du jury du Salon officiel a décidé de monter sa propre exposition dans les salons du photographe Nadar au 35, boulevard des Capucines à Paris.

Photographie des Studios de Nadar, 35 boulevard des Capucines à Paris.

Plus tard, Claude Monet se souviendra de cette première exposition chez Nadar et fera cette confidence à Maurice Guillemot, journaliste de la Revue illustrée:

Le paysage n’est qu’une impression, et instantanée… J’avais envoyé une chose faite au Havre, de ma fenêtre, du soleil dans la buée et au premier plan quelques mâts de navires pointant… On me demande le titre pour le catalogue, ça ne pouvait pas passer pour une vue du Havre, je répondis : « Mettez Impression ». Edmond Renoir, qui rédige le catalogue de l’exposition, complète par « soleil levant.»

Le titre est donné ! Monet n’est pas le premier à utiliser ce terme d’impression, mais son tableau va le populariser, grâce aux commentaires ironiques du critique d’art du Charivari, Louis Leroy, qui écrit en 1874 un article moqueur à propos de cette toute première exposition des futurs impressionnistes. Leroy y a repéré une toile en particulier de Monet, et écrit :

Que représente cette toile ? Impression ! Impression, j’en étais sûr. Je me disais aussi puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l’impression là-dedans.

Pour enfoncer le clou, il intitule même son article L’exposition des impressionnistes, et ajoutait dans son article que « Le papier peint à l’état embryonnaire est encore plus fait que cette marine-là. », se moquant ainsi de la touche rapide de Monet, qui donne un aspect non-fini à la toile.

CHAM 1874 – La peinture impressionniste, une révolution en peinture et qui débute en faisant de la terreur. Caricature sur l’impressionisme lors de leur première exposition.

 

Regardons maintenant le tableau plus en détail, et notamment le soleil. Il est sans aucun doute le point central de la composition. Il se distingue par ses teintes chaudes et sa netteté, au milieu de l’atmosphère froide et brumeuse du port. De nombreuses études ont d’ailleurs été réalisées sur ce soleil rougeoyant. Certains historiens ayant émis des doutes sur sa nature : levant, ou couchant ? Alors, en 2014, le Musée Marmottan a publié une étude poussée sur la datation de l’œuvre. Grâce à l’étude de données topographiques, telles que les marées, les bulletins météorologiques ou encore les trajectoires célestes, il est certain qu’il s’agit bien du soleil levant. Les enquêteurs avancent même une date précise pour son exécution : le 13 novembre 1872 à 7h35 du matin, soit 30 minutes après l’aube. Claude Monet a peint cette toile en quelques heures, de la chambre de son hôtel sur le Quai de Southampton, au Havre. Il ignorait alors qu’elle marquerait un véritable tournant dans l’Histoire de l’Art !

Impression, soleil levant (détail) © Bridgeman Images

Impression, soleil levant (détail) © Bridgeman Images

A l’arrière plan, c’est le port industriel du Havre que l’on peut apercevoir. Né en 1840 au Havre et y ayant grandi, la ville revêt pour Monet un caractère particulier, le port est un paysage qu’il connait bien et un de ses thèmes favoris. Il le représente ici dans cette marine industrielle, véritable représentation de la Révolution Industrielle alors toute récente, et qui fascine bien des artistes. Les fumées des usines brouillent ainsi la lumière du soleil naissant, modifiant atmosphère et couleurs, et donnant cette impression de fog londonien. La silhouette d’une barque occupée par deux pêcheurs se distingue au premier plan, dans une mer dont l’eau présente une teinte bleue-verte. Un peu plus loin, une seconde embarcation vient renforcer l’effet de profondeur.

Impression, soleil levant (détail) © Bridgeman Images

Monet n’est pas le premier à peindre levers et couchers de soleil sur la ville. Il s’inspire notamment d’un certain nombre d’œuvres de William Turner, également précurseur de l’Art Moderne. Dans Impression, soleil levant, Monet n’hésite pas à représenter non pas une falaise ou une plage, mais un port, qui plus est industriel.

Couché de soleil sur le port en 1832 pour Turner’s annual Tour, William Turner. Gouache et aquarelle sur papier bleu, 1834. Tate, Londres.

 

Couché de soleil écarlate, William Turner. Aquarelle et gouache sur papier, 1830-40. Tate Gallery, Londres

On retrouve avec Impression, Soleil Levant,plusieurs thèmes chers à Monet : l’illustration de l’essor industriel du 19e siècle, la représentation de l’eau, l’inscription de la silhouette humaine dans le paysage.  Mais surtout, le tableau exprime pleinement la recherche essentielle de Monet : le rendu de l’instant, la perception lumineuse de l’atmosphère qui entoure les choses. Dans le bas de la toile, sur l’eau, Monet va jusqu’à apposer de longues touches contrastantes, pour représenter les mouvement de l’eau et ses reflets.

Impression, soleil levant (détail) © Bridgeman Images

Cette manière de poser la peinture sur la toile est véritablement révolutionnaire, et toute la peinture de Monet a un aspect révolutionnaire. On le perçoit notamment si on la compare avec une scène similaire peinte quelques années plus tard par son maître Eugène Boudin, qui ne passait pourtant pas pour avoir un style conservateur !

Le Havre, Bassin de L’Eure, Eugène Boudin, huile sur toile, 1881.

Impression soleil levant va passer de main en main, de façon singulière. Après l’exposition, la toile est vendue en 1874 au collectionneur Ernest Hoschedé, pour le prix conséquent de 800 francs (l’équivalent de 3 000 à l’époque) . Monet ne sait pas encore qu’il aimera bientôt et épousera finalement Alice Hoschedé, la femme d’Ernest. Quand Hoschedé fait faillite, sa collection est dispersée lors d’une vente. Pour Impression, les enchères ne dépassent pas 210 francs. L’acheteur la revend ensuite à Donop de Monchy, son dernier propriétaire privé. En 1957, Impression, soleil levant est léguée à l’académie des Beaux-Arts et conservée au Musée Marmottan. C’est d’ailleurs là qu’elle se fait dérober en 1985¹!

Heureusement, on la récupère cinq ans plus tard en 1990, et on peut toujours l’admirer dans le musée parisien, où je vous conseille vivement d’y aller, car il n’y a pas un chat en ce moment!!

Et si vous avez besoin d’un guide, n’hésitez pas à me contacter! 😉


¹ Pour en savoir plus sur le vol de 1985 et leur redécouverte: https://www.lemonde.fr/archives/article/1990/12/07/voles-en-1985-au-musee-marmottan-neuf-chefs-d-oeuvre-impressionnistes-ont-ete-retrouves-en-corse_3978918_1819218.html

Laisser un commentaire