Artiste à la loupe: Vincent Van Gogh

30 mars 2020

Autoportrait au chapeau de feutre, 1887. Musée Van Gogh, Amsterdam

Vincent Van Gogh, fils de pasteur, est né le 30 mars 1853 à Zundert. Enfant instable mais doué pour le dessin, Vincent a parmi ses oncles le fondateur, à Paris, de la galerie d’art Goupil. Pour faire son apprentissage du commerce de l’art, Vincent est envoyé successivement dans les succursales de la galerie, à La Haye (1869), puis dans celles de Bruxelles et de Londres (1873-1876). Par suite de déboires amoureux, il se réfugie dans le mysticisme et dans l’écriture de lettres à son frère Théo, qui seront un exutoire aux troubles de son âme. Après plusieurs années d’errance solitaire, la peinture va prendre le pas sur la prédication et il commence à peindre, à 27 ans!

En mars 1886, Van Gogh arrive à Paris, il peint des vues de la capitale, mais aussi de nombreuses natures mortes. Il s’installe chez son frère Théo, qui lui donne une rente de 850 à 900€ par mois . Il suit des cours de dessin dans un atelier où il rencontre le peintre Émile Bernard, mais cet enseignement ne l’inspire guère et il décide de chercher sa voie seul, s’inspirant d’artistes tel que Jean-François Millet.

Fritillaires dans un vase de cuivre, 1886-1887. Musée d’Orsay, Paris.

Pour parfaire son travail, il lui faut trouver des ciels autres que ceux de Paris. C’est alors qu’il part s’installer à Arles, en février 1888. Ébloui par la lumière du Midi, Van Gogh va faire de la couleur l’objet même de son œuvre, et non plus une composante de celle-ci.

Trois versions presque identiques réalisées par Van Gogh.

Chambre à Arles, 1889, Musée d’Orsay, Paris.

Vivant seul parmi des Arlésiens qui se méfient de cet étranger original, Van Gogh s’abîme dans la dépression. Pourtant, il n’a pas abandonné son rêve de constituer une communauté de peintres. Il finit par convaincre Gauguin de venir le rejoindre en 1888. Mais il ne supporte pas le caractère lunatique de celui-ci et, le soir du 23 décembre 1888, après une dispute plus violente que les précédentes avec Gauguin, Van Gogh se saisit d’un couteau et se tranche l’oreille gauche, qu’il va ensuite porter à une prostituée.

Autoportrait à l’oreille bandée, 1889. Collection privée.

La note et le dessin du Dr Rey.

 

A sa demande, Van Gogh se fait interner le 8 mai 1889, à l’hôpital Saint Paul de Mausole, à 2km de Saint Rémy. Il restera enfermé près d’un an sans recevoir de thérapie bien définie. Son médecin traitant, le docteur Peyron, diagnostique seulement des crises d’épilepsie à intervalles fréquents. Dès sa sortie, il devra quitter Arles sous la pression des habitants, qu’il effraie.

Arbres du jardin de l’hôpital Saint Paul à Saint Rémi, 1889. Hammer Museum of Art, Los Angeles.

Terriblement affaibli, Van Gogh accepte de se rendre à Auvers sur Oise, où réside le Dr Paul Gachet, ami de Renoir, Manet et Cézanne. Dès son arrivée en mai 1890, Van Gogh se montre enchanté par ce village « gravement beau » et « très coloré » et par la campagne environnante, il va y rester 70 jours, et peindre 76 tableaux.  Sa rencontre avec le docteur lui remonte le moral après son séjour à l’asile, il reçoit encouragements et réconfort.

Portrait du Dr Gachet, 1890. Musée d’Orsay, Paris.

Vincent Van Gogh vit une période d’extrême bonheur à Auvers, mais tout bascule, début juillet, lorsqu’il apprend que son neveu est gravement malade, et que sa relation avec son frère se dégrade… Tous ses tourments resurgissent, il peint son dernier tableau le 10 juillet: Champ de blé aux corbeaux.

Champ de blés aux corbeaux, 1890. Musée Van Gogh, Amsterdam

Le 27 juillet 1890, au cours d’une promenade, Van Gogh se tire une balle en pleine poitrine. Malgré les soins de Gachet, il meurt deux jours plus tard, le 29 juillet 1890. Ainsi disparaît, dans un quasi anonymat, un artiste qui aura signé plus de 800 toiles, mais qui, de son vivant, n’en aura vendu qu’une seule,La Vigne Rouge, achetée à Bruxelles en 1890 pour une valeur de 800

La Vigne Rouge, 1888. Musée des Beaux-arts Pouchkine, Moscou.

 

Vincent Willem Van Gogh est aujourd’hui enterré dans le cimetière d’Auvers sur Oise, avec son frère Théo, décédé 6 mois après à Utrecht, ravagé par la syphilis, fou et paralysé. C’est en 1914 que le corps de Théo sera déplacé à Auvers.

Tombes de Vincent et Théo Van Gogh à Auvers sur Oise

 

A-t-il déjà été possible de faire un diagnostic sur l’état de santé de Vincent Van Gogh? Pas tellement, mais il y a de nombreuses théories: il était bipolaire, alcoolique, peut-être épileptique, il souffrait de vertiges de Ménières ( qui lui donnait des acouphènes, peut-être la raison pour laquelle il s’est tranché toute l’oreille!) Il utilisait aussi beaucoup de térébenthine pour se nettoyer de la peinture qui l’a peut-être intoxiqué, d’où les hallucinations.

Vous êtes vous déjà demandé comment Van Gogh réagirait à la vue des ses œuvres dans les plus beaux musées du monde? Jetez un coup d’œil à cette scène de la série Doctor Who : https://www.youtube.com/watch?v=ubTJI_UphPk


Laisser un commentaire